+229 69 28 45 25 / 94 65 87 80
contact@agro-challenges-corporation.com

Acceptabilité de la purée de tomate locale par les consommateurs urbains au Sud-Bénin

  • Posté par: agrochalcorp
  • Catégorie: Rapports d’études

Résumé

Au Bénin, la tomate, légume le plus consommé par la population, fait l’objet d’importantes pertes post-récolte (parfois 50 % de la production). Dans ce contexte, la transformation de la tomate en purée devient une opportunité de valorisation du produit. Toutefois, pour le moment, les agents de la chaîne de valeur de la purée de tomate n’arrivent pas à exploiter le potentiel du marché urbain, à cause de la préférence des ménages pour le double concentré de tomate importé. La présente étude a été initiée, pour analyser l’acceptabilité de la purée de tomate locale par les consommateurs urbains au Sud-Bénin, afin d’appréhender le potentiel de marché pour ce produit. Une enquête a été faite auprès d’un échantillon de 405 ménages sélectionnés dans des villes à forte concentration humaine (Cotonou, Abomey-Calavi, Sèmè- Podji et Porto-Novo) au Sud-Bénin. Dans chaque ménage, un entretien structuré a eu lieu avec la personne chargée de l’approvisionnement alimentaire. Les données collectées ont porté sur les caractéristiques sociodémographiques, les attentes des consommateurs (mesurées sur une échelle de Likert à sept points), les habitudes de consommation, et leur consentement à payer (CAP) la purée de tomate, suivant la méthode d’évaluation contingente. Le test non paramétrique W de Wilcoxon sur les scores de Likert a permis d’identifier les attentes importantes pour les consommateurs à l’égard de la purée de tomate locale. Le test t de Student pour échantillons appariés a été utilisé, pour comparer les quantités moyennes mensuelles de conserves de tomate achetées, selon la saisonnalité de la tomate fraîche sur le marché. Le modèle de régression de Heckman à deux étapes a servi à l’identification des déterminants du CAP. Les résultats indiquent que la plupart des enquêtés n’ont pas connaissance de l’existence d’une production marchande de purée de tomate au Bénin. Les attentes des consommateurs envers ce produit portent sur le prix compétitif et les attributs de qualité technique. La grande majorité des ménages consomme le double concentré de tomate importé, alors que la consommation de la purée de tomate locale est peu répandue. La préférence des consommateurs pour le double concentré de tomate importé est sous-tendue par les principaux attributs que sont la couleur rouge vif et la consistance. D’une manière générale, les quantités de produits achetés varient selon la saisonnalité de la tomate fraîche. Deux tiers des enquêtés approuvent l’idée d’une valorisation des produits agroalimentaires locaux, mais ils sont beaucoup moins nombreux (environ un cinquième) à envisager l’achat de la purée de tomate locale. Le CAP est compris entre 450 et 550 FCFA pour 500 g de purée de tomate locale ; alors que le prix moyen de vente en détail est de 600 FCFA. Les facteurs qui influencent le CAP sont : le sexe de la personne chargée de l’approvisionnement alimentaire dans le ménage, le revenu du chef de ménage et le revenu de la mère de ménage. Cette étude démontre un besoin de coordination accrue dans la chaîne de valeur de la purée de tomate locale, afin d’améliorer l’efficience opérationnelle. Cela permettra également d’assurer la qualité et la traçabilité des produits, le long de la chaîne de valeur. Des renforcements de capacité sont utiles pour permettre aux entreprises transformatrices d’incorporer à la purée de tomate locale, les attributs de qualité technique recherchés par les consommateurs.

Mots clés: Purée de tomate locale, attentes, consommation, Evaluation contingente, consentement à payer.

Auteur agrochalcorp